Le collège Célimène Gaudieux et les 406 : récit de la vie d’un esclave /Secondary school called Célimène Gaudieux and 406 write about the slave’s life

Celimene3

Célimène Gaudieux

Bonjour ,

Je m’appelle Emeline et je suis en 406 .Je suis au collège Célimène Gaudieux , du nom d’une chanteuse née à St Paul de la Réunion ( en 1807 et morte en 1864) . Elle était fille d’esclaves affranchis , travaillait comme aubergiste tout en chantant et en écrivant , elle serait la petite fille d’Evariste Parny un poète réunionnais, qui aurait eu une liaison avec sa grand -mère , une esclave malgache .

Mon collège se trouve à la Saline les hauts dans l’ouest de la Réunion images

et nous travaillons en histoire-géo sur la traite des esclaves , qui a aussi touchée la Réunion .

On devait faire le récit de la vie d’un esclave .

My secondary school is called Célimène Gaudieux, after the name of a singer born in 1807 in St Paul, Reunion Island, who died in 1864.

In geography and history class we’re studying the slave trade, which also affected Reunion Island.

We had to write about a slave’s life.

Le récit de Térence :

 » Au XVII è siècle , j’ai été capturé dans le centre de l’Afrique et amené dans un grand bateau, où je fus attaché par un homme blanc .

Quand je me suis réveillé le lendemain , je me suis rendu compte qu’il y avait plein d’esclaves dans la cale du bateau , les hommes étaient d’un côté , les femmes de l’autre côté , tapies dans la cale .

Quelques jours plus tard , nous arrivions sur l’île Bourbon et des hommes blancs nous firent sortir du bateau en nous fouettant et en nous poussant .

Dès que je mis le pied sur terre , trois des esclaves s’échapèrent en courant , ceux qui se réfugiaient dans les hauts étaient appelés des « marrons  » .

J’avais un seul travail : l’agriculture ; les autres esclaves étaient vendus au marché .

Dans les champs , je travaillais dur du lever du jour à la tombée de la nuit . Je cultivais le café .

Un jour en regardant dans l’allée de la rue , je vis un maître libérer un des esclaves qu’il avait acheté , et de l’autre côté de l’allée , je vis une femme avec une chaîne attachée autour du cou . Cette femme tenait un petit bout de pain qu’elle grignotait .

Et comme dirait Diderot :  » Après 30 ans de travail à cet ouvrage ,de toutes les persécutions que  je ne puisse imaginer , il n’en est aucune que je n’ai essuyée  » « .

Le récit de Quentin :

 » Un matin on m’a embarqué de force sur un négrier et j’ai quitté Madagascar pour toujours .

Sur le bateau nous étions serrés , il n’y avait pas assez d’eau , ni de nourriture ; on étouffait . Certains sont tombés malades , d’autres se sont suicidés .

Après un très long voyage , on a fini par débarquer sur l’île de Bourbon ; là on  nous a vendus comme des objets : je n’avais plus de nom , plus de droits et mon maître m’a ramené avec d’autres esclaves dans sa plantation .

Nous devions travailler toute la journée en plein soleil dans le champ de canne à sucre , si nous n’ allions pas assez vite , on nous fouettait . C’était vraiment dur .

Le soir , on nous mettait des chaines comme les animaux . On chantait pour avoir un peu d’espoir . J’avais très envie de retrouver ma famille et mon pays , mais ce n’était pas possible .

Je suis resté chez mon maître à travailler  toute ma vie sans pouvoir revoir Madagascar . « 

Publicités

2 réflexions sur “Le collège Célimène Gaudieux et les 406 : récit de la vie d’un esclave /Secondary school called Célimène Gaudieux and 406 write about the slave’s life

  1. Chers amis de la Réunion !
    Merci pour votre contribution très intéressante. Il y a peu de récits d’esclaves conservés et il est important que « leur voix » puisse être ainsi entendue grâce aux textes que vous avez imaginés à partir de vos connaissances historiques. Bravo et bonne continuation dans vos projets ! Nous attendons vos prochaines contributions ! La Guadeloupe est également mobilisée et postera bientôt des articles. Nous attendons également que Nantes, Gorée et d’autres nous rejoignent !
    A très bientôt !
    Matthieu DUSSAUGE, Conservateur du musé Schoelcher, Guadeloupe

    • Merci . Nous attendons de découvrir vos articles et nous réjouissons de ce partage à la fois instructif et constructif , qui permet à nos élèves de prendre part activement à un travail de mémoire, lié à l’île , ses populations et leur histoire .

      Anne Olivier-Bensaid , professeur de français au collège Célimène Gaudieux , à la Réunion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s